Kara nous en dit plus sur le poker et la TV

Auteur :
Font Size
A A A

Juin 2007

J’avais plus de 1000 £ en main. De l’argent fraîchement gagné. Je venais de remporter mon tout premier tournoi en direct au casino du coin (un établissement un peu miteux sur le front de mer de Brighton, nommé le Rendezvous).

Avec ça, je pouvais rembourser ma carte de crédit. J’avais tranquillement fait du chemin depuis mes premières parties de poker. Mais la liasse de billets que je tenais à la main représentait ÉNORMÉMENT pour moi. Toute une aubaine.

Et puis tant pis. Je n’étais jamais allée à la World Series of Poker.

Je venais de décider d’emmener ce joli petit pactole faire un tour à Las Vegas...

Envers et contre tout

J’ai fini par rembourser ma carte de crédit. Mais même si je ne regrette pas de m’être envolée pour Las Vegas sur un coup de tête, je ne vous conseillerais pas d’en faire autant. C’est sûr, j’ai pris tout un risque. Mais c’est à Las Vegas que j’ai rencontré les organisateurs de l’European Poker Tour et que j’ai trouvé LE travail de ma vie. Vous n’avez pas idée ce que ça représentait pour moi, d’animer une émission sur une importante chaîne de télévision anglaise. Quelle aventure!

J’ai vraiment eu de la chance, car on ne peut pas vraiment dire que je partais gagnante. Mais la vie, c’est un peu comme le poker : parfois, on fait des faux-pas au bon moment, et ça marche. Il existe beaucoup de parallèles entre le poker et la vie. Quand je me suis lancée dans le poker et dans le monde de la TV, tout ça sans aucune formation, chaque domaine m’a aidé à faire mon chemin dans l’autre. 

J’ai eu l’occasion de raconter comment le poker et la TV avaient changé ma vie dans la partie 1 de cette série. Ce sont des milieux très durs, et j’en ai tiré de nombreuses leçons, dont les trois que je vous expose plus bas.

Tracez de nouveaux chemins vers le succès

Si tout le monde suit la même voie, cherchez des chemins de traverse. 

Au poker, il est important d’essayer de deviner comment jouent les autres, afin d’adapter votre propre jeu. Si vous prenez place à une table agressive où les relances se succèdent, vous devez renforcer votre éventail de départ. Si vos adversaires peinent à lâcher leur argent et sont trop nerveux pour s’avancer, vous avez intérêt à faire le contraire pour ramasser le plus possible les pots qu’ils laissent filer.

C’est la même chose pour la TV. Avec le nombre de gens qui rêvent d’y entrer, croyez-moi que la concurrence est féroce. Quand je vivais à Londres, j’ai passé des auditions et j’ai fait des bouts d’essai avec des centaines de personnes différentes. Et tous ces gens voulaient exactement la même chose que moi. Comment faire pour me démarquer? J’avais tout intérêt à essayer de voir ce qui marchait à la télévision, et à trouver un moyen de sortir du lot. 

J’ai alors réalisé que je devais me forger mon propre style, puis apprendre à l’adapter aux exigences de la situation. Vous devez participer à une émission d’information sérieuse? Baissez légèrement la tonalité de votre voix pour paraître plus digne de confiance et plus crédible. Vous faites une publicité pour un dentifrice? Sortez votre plus beau sourire et parlez comme s’il n’existait rien d’autre au monde que le soleil, de mignons petits chatons et la paix dans le monde. Cherchez et adoptez le style qui convient le mieux à la situation, en prenant bien garde de ne pas faire la même chose que les cents autres candidats qui apprennent nerveusement leur texte dans la salle d’attente.

Bien que je vous conseille vivement de discuter avec vos pairs, de vous faire encadrer et d’observer ceux qui sont pour vous des modèles, il est impératif de ne pas calquer votre comportement sur le leur. Vous devez absolument trouver VOTRE style. Il doit venir du plus profond de vous. Vous devez savoir pourquoi et comment il vous permet de fonctionner et vous devez savoir en jouer. Vous ne pouvez pas vous contenter de suivre une recette toute faite et espérer devenir un spécialiste. J’ai vu quelques joueurs de poker tenter d’imiter le don de certains « maîtres des mises élevées », et se prendre tout une débarque tout simplement parce que ça ne venait pas d’eux.

Demandez conseil, cherchez-vous des mentors et des coachs, et inspirez-vous même de l'une de vos idoles si ça vous tente (Padma Lakshmi, appelle-moi. On fera une émission ensemble!). Mais n’essayez jamais de les IMITER. Sortez des sentiers battus.

Faites-en une affaire personnelle

Au poker, vous cherchez à entrer dans la tête de vos adversaires pour comprendre leur raisonnement et les motifs de leurs actions. Sont-ils juste là pour s’amuser pendant le weekend ou est-ce qu’ils jouent un jeu pas mal plus « loose »? Est-ce qu’ils espèrent encaisser un min-cash parce qu’ils sont arrivés là suite à un tournoi satellite et que c’est beaucoup d’argent pour eux? Les joueurs de poker ne forment pas une masse anonyme, même si les stéréotypes actuels tendent à les représenter comme des geeks antisociaux qui se cachent sous un molleton à capuche. Essayez de savoir qui se trouve face à vous. Chaque personne a sa propre histoire.

Entre deux mains, j’aime bien discuter un peu pour connaître les gens. Je suis vraiment fascinée par les histoires personnelles. Et celles des joueurs de poker sont souvent incroyables. Et puis, en lisant entre les lignes, vous pouvez découvrir pas mal de choses sur leur style de jeu, alors ne laissez pas passer la chance de saisir des infos au vol. 

À moins d’être un pro incontesté, je vous déconseille de parler pendant une main pour essayer de grappiller des indices. Surtout s’il s’agit d’un pot à directions multiples. Dans ce cas-là, ne vous y risquez surtout pas. Même si vous jouez en duel, vous risquez fort d'en dire plus que vous allez en apprendre. Contentez-vous de discuter lors des distributions de cartes.

Ce principe vaut également pour la télévision. Si vous traitez toutes les personnes que vous interrogez de la même façon, vous n’arriverez jamais à en tirer quoi que ce soit d’intéressant. Vous avez sûrement déjà vu un intervieweur qui ne connaissait pas bien son sujet. Par exemple, un journaliste de nouvelles qui interroge un joueur sur le poker en général. Déjà, il a sûrement des idées toutes faites sur le jeu et le type de personnes qui s’y adonnent. S’il n’est pas capable de mettre ses préjugés de côté pour écouter la personne qu’il interroge, son entrevue sera assez ennuyeuse, du type « quelles sont vos mains de départ préférées? ».

J’ai vite réalisé que les même questions ne donnent pas toujours les mêmes réponses. Souvent, les joueurs de poker adaptent inconsciemment leurs commentaires en fonction de ce qu’ils croient que le reporter peut comprendre (plutôt que ce que le public peut comprendre). Alors, il est important de connaître le sujet et de creuser un peu plus pour obtenir des réponses plus intéressantes. 

Non seulement les sujets personnels sont plus révélateurs, mais ils favorisent la sincérité. 

Lorsque j’ai commencé à animer des émissions, quelqu’un m’a conseillé de parler à la caméra comme si c’était une personne. Pas n’importe quelle personne, mais quelqu’un de mon entourage, avec qui j’aime discuter. Je n’ai pas eu de mal à imaginer ma mère assise derrière la caméra, en train de m’écouter raconter une histoire sur un joueur ou de me regarder l’interroger. En donnant un visage au public, j’ai pu adopter un débit de parole normal, propre à la conversation, et éliminer ce ton guindé que l’on prend quand on a trop répété.

J’ai remarqué que l’entrevue était bien meilleure si je prenais le temps d’écouter les réponses plutôt que de rédiger une liste de questions à l’avance et de m’y tenir rigoureusement. Lorsqu’on se concentre sur la question suivante sans porter attention à ce que l’autre répond, on peut rester longtemps à tourner autour du sujet sans jamais s’en approcher.

C’est pas mal la même chose au poker. Il est essentiel d’essayer de comprendre ses adversaires. Ce ne sont pas des anonymes. Ce sont des personnes avec leurs forces, leurs motivations et leurs manies. Lorsque vous arrivez à une nouvelle table, passez la première heure à voir ce que vous pouvez décrypter chez vos adversaires. À quelle fréquence ouvrent-ils le jeu? Quels sont les types de mains qu’ils montrent? Parlent-ils beaucoup? Ne les distrayez pas par un feu roulant d’anecdotes et de questions. Efforcez-vous plutôt de tâter le terrain et surtout, restez à l’écoute. 

Faites-en une affaire personnelle.

N’en faites pas une affaire trop personnelle

Je sais que je viens de vous dire d’en faire une affaire personnelle, mais par pitié, ne tombez pas dans l’excès.

Au début que je jouais au poker, les choses se gâtaient immanquablement quand je sentais que j’allais être dominée. La sensation pénible de m’être fait avoir me fâchait et me déprimait tellement que ça nuisait à mon jeu. Je détestais jouer de façon médiocre, mais quand on apprend quelque chose (et au poker, on passe son temps à apprendre), il est bien sûr impossible de ne pas faire des erreurs.

Et quand les erreurs prennent une allure de cauchemar horrible et effrayant, il devient tentant de se replier sur soi pour rester en sécurité, plutôt que d’essayer quoique ce soit qui puisse nous mettre mal à l’aise. Personnellement, je crois fermement que ne pas faire des erreurs, c'est ne pas faire d'efforts. Et quand on ne fait pas d'efforts, on stagne.

Ce principe est vrai pour le poker, mais aussi pour la TV. Il arrive à tout le monde de faire des erreurs. Même si les autres ne le voient pas toujours, je m’en rends bien compte lorsque je regarde les enregistrements après coup. Un petit décalage par-ci, une hésitation par là, une question médiocre, un mauvais cadrage. Quand on fait du direct, ça arrive tout le temps. Mais si je me mettais à m’autoflageller pour la moindre chose, je n’arriverais plus jamais à rien.

Avant, je prenais le blâme pour tout et n’importe quoi. Je préparais mon passage à l'antenne inlassablement, encore et encore. Jusqu’au moment où un de mes producteurs m’a expliqué que ça nuisait à mon travail. Il appréciait mon professionnalisme, m’a-t-il dit, mais j’aurais parfois intérêt à « me laisser aller ». L’idée me séduisait et me terrifiait à la fois. Bien sûr, il avait raison. J’ai donc abordé les rencontres de manière plus relax et je suis passée en mode conversation sans apprendre le texte par cœur à l’avance. 

Que ce soit au poker ou à la TV, je suis alors parvenue à considérer les erreurs comme des étapes vers l’amélioration, plutôt que comme des signes d’échec. Si je ne l’avais pas fait, jamais je n’aurais pu faire carrière dans ces deux domaines. N’hésitez pas à repousser vos limites de temps en temps. Essayez d’aller plus loin. Préparez-vous à ce que votre audace vous pousse vers l’échec. Comment savoir jusqu’où vous pouvez aller si vous n’essayez même pas? Je sais, ce sont des clichés. Mais c’est aussi la vérité. 

Pour ma part, je suis encore en train d’apprendre. Je déteste me faire reprendre. Je répugne à faire quoi que ce soit qui pourrait être amélioré à force d’être fait et refait. Lorsque je me trompe, j’ai parfois l’impression d’être nulle. Mais je passe par-dessus, parce qu’on peut toujours s’améliorer. Lorsque des restriction légales de mon lieu de résidence m'ont forcée à arrêter le poker en ligne, j’ai pu constater à quel point je me suis mise à stagner (et, pour être honnête, à perdre mes capacités). Mon jeu est très éloigné de ce que je voudrais qu’il soit, mais si je veux m’améliorer, je dois me secouer, m’y mettre et faire des erreurs encore et encore jusqu’à ce que j’y arrive. 

Bien sûr, l’échec est toujours possible. Mais ça n’est pas la fin du monde.

Avez-vous trouvé cela intéressant?    

Merci de nous aider à améliorer

     

Copyright 2002 - 2016 Cassava Enterprises (Gibraltar) Limited., une filiale appartenant entièrement à 888 Holdings plc.
Cassava Enterprises (Gibraltar) Limited est une entreprise constituée à Gibraltar, qui fait partie de l'Union Européenne.
888 Holdings plc est coté à la bourse de Londres.
Cassava Enterprises (Gibraltar) Limited est licencié et réglementé pour offrir des services de jeu en ligne sous l'égide des lois de Gibraltar (licences de jeu à distance numéros 022 et 039) et, de fait, n'effectue aucune déclaration au sujet de la légalité de tels services au sein d'autres juridictions.
Nos services au Royaume-Uni sont opérés par 888 UK Limited, une entreprise constituée à Gibraltar, qui est sous licence et réglementée par la Great Britain Gambling Commission.
Nos services dans les états de l'Union Européenne (sauf pour les états pour lesquels nos services sont fournis conformément à une licence locale) sont opérés par Virtual Digital Services Limited, une société constituée à Gibraltar, qui fait partie de l'Union Européenne.
La société Virtual Digital Services Limited fonctionne sous l'égide d'une licence de jeu, fournie sous le régime des lois de Gibraltar.
Nos produits de pari sont gérés en Irlande par 888 Ireland Limited, une société constituée à Gibraltar, qui est sous licence avec et réglementée par les Revenue Commissioners d'Irlande.
Notre adresse : 601-701 Europort, Gibraltar.
Nous encourageons le jeu responsable et soutenons GamCare.