De 1 ¢ à 19 500 $ – L’étonnante histoire de Tommy Yates

Font Size
A A A

Tommy Yates a toujours eu le don avec les cartes. Lorsqu’il vivait en Angleterre, il a acheté sa première maison avec les gains qu’il a réalisés au Three Card Brag (une forme primitive du poker). Cela dit, le fait de passer d’un jeu du 16e siècle à un tournoi Main Event n’est pas un mince exploit. Tout comme le fait de transformer un buy-in de 1 cent en un gain de 19 500 $, ce qui est un rendement prodigieux.

Voici, dans ses propres mots, son histoire exceptionnelle.

Brag et bluff : ce que Tommy en pense...

« J’avais un talent inné pour les jeux de cartes quand j’étais jeune. J’ai acheté ma maison en Angleterre au comptant, avec ce que j’avais gagné au Three Card Brag (un jeu de cartes britannique du 16e siècle, descendant direct du Primero, l’ancêtre du poker). Je savais les cartes qu’on allait me donner, car on ne les brasse pas dans ce jeu-là, à moins qu’il y ait un " prile " (brelan) sur la table. »

« Dès le plus jeune âge, j’ai appris l’art de bluffer et ainsi de suite. Personne ne jouait au Three Card Brag ici (à Rhodes, en Grèce), alors je me suis mis au poker. Si je ne dors pas l’hiver, je joue au poker, des heures durant. »

Tenir un bar et jouer en Grèce

« Notre bar s’appelle Tommies Bar et il est situé dans la ville de Kremasti, à Rhodes, en Grèce. Ce qui distingue notre bar des autres? Il y a du divertissement gratuit tous les soirs, comme des jeux-questionnaires, du billard et des fléchettes " killer ", du bingo à l’argent avec des gains garantis, avec des billets à un euro ou une lisière de six billets pour cinq euros. Et tous les soirs, il y a un tirage pour la cagnotte " Lucky 7 ", qui a déjà atteint 3 980 euros. Si personne ne la gagne, la cagnotte continue de grossir. »

« Nous jouons au poker tous les dimanches à partir de 18 h. Le buy-in est de 5 euros pour 4 000 jetons. Le joueur qui perd au heads-up se fait rembourser son buy-in et le gagnant remporte tout le reste. »

Ses débuts au poker à Rhodes

« Il y avait une ligue de poker il y a cinq ans. J’y participais depuis environ trois mois. Quand je me suis inscrit, il ne restait que 14 jours avant la finale. J’ai réussi à me qualifier à la 38e position. Les 40 premiers joueurs se rendaient à la finale, où il n’y avait qu’un seul gagnant possible. J’ai remporté ce tournoi, puis je me suis rendu à Vienne pour un tournoi sur deux jours avec un buy-in de 550 euros. Les 24 premières places étaient payées. Il ne restait que 36 joueurs sur plus de 600 inscriptions, et j’étais à la 17e position. J’ai reçu A-K et quelqu’un m’a relancé. J’ai suivi sans relancer (flat-call) pour voir le flop; c’était A-K-7 arc-en-ciel. »

« Mon adversaire a poussé all-in, puis, le temps s’étant écoulé, j’ai décidé de suivre, craignant une paire de 7 servie. Mais il n’avait pas une paire de 7, il avait une paire d’as! J’ai perdu gros et ma pile a baissé à 6 000 jetons, mais j’ai réussi à remonter à 76 000 en une heure. Puis, on m’a servi une paire de reines et quelqu’un a poussé all-in avec une paire de dix. J’ai suivi immédiatement. Cependant, un dix est apparu au flop et comme ça, j’étais éliminé et je terminais 36e.

La folie médiatique qui s’en est suivie...

« J’étais très fier d’avoir atteint le Main Event sur un investissement de 1 cent, mais je ne m’attendais pas à tant de publicité. Je pensais que d’autres personnes avaient auparavant accompli la même chose. Et j’ai été surpris d’apprendre que j’étais le premier.

« Je ne suis pas habitué à recevoir autant d’attention médiatique. »

« J’ai eu beaucoup de soutien de la part de mes amis. Quant à mes collègues joueurs de poker, ils n’étaient pas du tout surpris. Trois d’entre eux voulaient chacun investir 1 000 euros en moi, en retour de 10 % de mes gains. Je n’ai accepté l’offre que d’une personne, car j’étais très sûr d’atteindre les places payées et j’avais besoin d’argent pour payer les billets d’avion de ma femme et de mon fils (le montant de 1 300 $ en dépenses que j’avais gagné n’était pas suffisant). »

Passer de grosses mains et entrer dans l’argent...

« J’ai passé des nuits blanches à réfléchir à la façon dont j’allais jouer. J’aurais pu jouer mon jeu et me rendre très loin dans le tournoi ou jouer serré pour m’assurer de passer la bulle et de récupérer le 6 000 $ que j’avais refusé. J’ai décidé d’adopter la deuxième stratégie dès le début. »

« Par exemple, avec A-K en main, alors qu’il reste 1 002 joueurs, contre un adversaire qui pousse all-in, j’avais assez de jetons pour le suivre. Par contre, j’ai compris que perdre une telle main m’aurait fait très mal. Alors, j’ai passé. Après être passé dans la bulle, j’ai reçu une paire d’as contre le meneur de notre table, qui a reçu A-K assorti. Après relance, sur-relance, all-in et call, j’ai remporté la main et je me retrouvais avec 278 000 jetons, ma plus grosse pile au Main Event. »

Ses conseils pour le Main Event

Décidez à l’avance de la manière dont vous allez jouer.

Essayez de vous cacher le visage et de ne pas sourire. Souvent, cela parvient à dissuader vos adversaires de relancer trop haut.

Rendez-vous là en investissant le moins possible! (étapes satellites 888poker).

Se rendre à Vegas... avec l’aide de 888poker

« Fantastique! Incroyable! Tout est tellement plus grand, j’en étais estomaqué. J’avais besoin de plus d’autocollants 888 pour mes chemises. Il fallait que je porte les mêmes deux chemises! »

Par un étrange coup du sort, le joueur qui élimina Tommy du Main Event n’était nul autre que Joe McKeehen, le meneur actuel à la table November Nine. Au moins, on pourra dire que ses jetons sont entre de bonnes mains...

Espérons que Tommy sera sur les tables satellites et tentera de se rendre au WSOPE plus tard dans l’année. Mais c’est peu probable, car selon lui, « le bar marche très fort en ce moment ». Il compte néanmoins recommencer à jouer en septembre.

Nous parions qu’il changera d’avis...

Avez-vous trouvé cela intéressant?    

Merci de nous aider à améliorer

     

Copyright 2002 - 2017 Cassava Enterprises (Gibraltar) Limited., une filiale appartenant entièrement à 888 Holdings plc.
Cassava Enterprises (Gibraltar) Limited est une entreprise constituée à Gibraltar, qui fait partie de l'Union Européenne.
888 Holdings plc est coté à la bourse de Londres.
Cassava Enterprises (Gibraltar) Limited est licencié et réglementé pour offrir des services de jeu en ligne sous l'égide des lois de Gibraltar (licences de jeu à distance numéros 022 et 039) et, de fait, n'effectue aucune déclaration au sujet de la légalité de tels services au sein d'autres juridictions.
Nos services au Royaume-Uni sont opérés par 888 UK Limited, une entreprise constituée à Gibraltar, qui est sous licence et réglementée par la Great Britain Gambling Commission.
Nos services dans les états de l'Union Européenne (sauf pour les états pour lesquels nos services sont fournis conformément à une licence locale) et dans les états membres de l'association européenne de libre-échange sont opérés par Virtual Digital Services Limited, une société constituée à Gibraltar, qui fait partie de l'Union Européenne.
La société Virtual Digital Services Limited fonctionne sous l'égide d'une licence de jeu, fournie sous le régime des lois de Gibraltar.
Nos produits de pari sont gérés en Irlande par 888 Ireland Limited, une société constituée à Gibraltar, qui est sous licence avec et réglementée par les Revenue Commissioners d'Irlande.
Notre adresse : 601-701 Europort, Gibraltar.
Nous encourageons le jeu responsable et soutenons GamCare.