10 joueurs qui ne feraient pas de bons joueurs de poker

Auteur :
Font Size
A A A

C’est assez courant de voir des vedettes du sport, qu’elles soient encore actives ou retraitées, tenter leur chance au poker. On a même ici, sur 888poker, la légende de soccer Denílson comme ambassadeur.

Parmi les sportifs de haut niveau qui ont été actifs dans le monde du poker, on retrouve Richard Seymour, ancien joueur des Patriots de la Nouvelle-Angleterre et sept fois récipiendaire du Pro Bowl; Michael Phelps, l’athlète ayant remporté le plus de médailles de l’histoire des Olympiques; Orel Hershiser, lanceur dans la Ligue majeure de baseball durant 18 saisons et les joueurs de la NBA Paul Pierce, Shawn Marion et Gilbert Arenas.

Par ailleurs, de nombreux athlètes utilisent le poker afin de soutenir leurs différentes œuvres de charité. Par exemple, chaque année, Jason Taylor, ancien défenseur des Dolphins de Miami intronisé au panthéon de la NFL, organise un tournoi de poker caritatif au Seminole Hard Rock Casino, à Hollywood, en Floride. Les profits de l’événement sont versés à la Fondation Jason Taylor qui vient en aide aux enfants des milieux défavorisés du sud de la Floride. Il y a aussi Tiger Woods et son événement caritatif annuel qui se tient conjointement avec le World Poker Tour.

Néanmoins, le poker n’est pas fait pour tout le monde. En fait, certains athlètes devraient plutôt se tenir loin de ce jeu. Voici une liste de 10 athlètes provenant de différents sports qui sont trop insouciants, trop fous ou trop instables émotionnellement pour réussir à avoir le visage impassible de poker.

10. Takkarist McKinley (football)

Si vous avez regardé le repêchage de la NFL de cette année, vous vous rappelez certainement la sélection tardive de la première ronde. C’était lorsque le défenseur UCLA Takkarist McKinley a été repêché 26e par les Atlanta Falcons, ce qui a embrasé les médias sociaux.

« Vous me sanctionnerez plus tard », a lancé un McKinley enflammé après avoir prononcé le mot qui commence par F en direct à la télévision. McKinley a fait un hommage empreint d’émotions et teinté d’agressivité à sa grand-mère décédée qui n’a pu être là pour voir son rêve de footballeur devenir réalité. Certains y ont vu un manque flagrant de respect, alors que d’autres ont été touchés par sa passion.

Savoir contrôler ses émotions est important. Il en est de même au poker. Bien que nous aimerions tous voir la réaction de McKinley gagnant un gros tournoi de poker, nous croyons que des débordements émotifs causés par la pression l’empêcheront d’y arriver.

9. Mike Milbury (hockey)

Maintenant analyste pour la LNH sur NBC, il a joué 12 saisons pour les Bruins de Boston. Il a fait des erreurs controversées dans ces deux fonctions. Alors qu’il était joueur, Millbury a infligé un coup de chaussure à la tête d’un supporteur, un acte devenu tristement célèbre qui lui a fait écoper d’une suspension pour six parties. Les arénas ont par la suite augmenté la hauteur des panneaux de verre autour de la glace.

Puis, l’an dernier, Milbury a fait la manchette après s’être lancé dans une longue diatribe lorsque les caméras ont capté un joueur dansant durant les échauffements d’avant-match. Ce n’était rien de bien grave, mais la réaction de Milbury était excessive, inappropriée et, selon certains, avait une connotation raciste.

Pour réussir au poker, un joueur doit démontrer qu’il sait prendre de sages décisions. Au cours de sa carrière, Milbury a fait tout à fait le contraire en de nombreuses occasions. Il devrait probablement laisser faire le poker et choisir un jeu où il peut jouer seul, comme le golf.

8. John Daly (golf)

Parlant de golf, John Daly ne saurait être un grand joueur de poker. Surnommé le « Wild Thing », avec 18 victoires professionnelles, il a révélé dans son autobiographie de 2006 qu’il a un problème de jeu. Il dit avoir perdu entre 50 et 60 millions de dollars au cours des 15 années précédant la publication de son livre. Il aurait aussi perdu plus d’un million de dollars en jouant à une machine à sous à 5000 $ à Las Vegas.

Il est important pour un joueur d’être responsable dans sa façon de jouer. Si le joueur ne peut y arriver, comme Daly, il est préférable pour lui de se tenir loin du jeu.

7. Kurt Busch (NASCAR)

Pilote de la Ford Fusion n° 41, Busch est un des noms les plus connus du domaine des courses. Comme il est toujours actif dans le circuit, il a bien peu de chances d’avoir du temps pour jouer au poker. Ce qui est une bonne chose, car sa nature controversée ne lui permettrait pas de réussir.

Au cours des années, Busch a foncé dans d’autres voitures de course, a participé à des batailles et a proféré de nombreux chapelets de bêtises. Il a aussi été suspendu en 2015 après que des allégations de violence conjugale ont été dévoilées. Durant la dernière décennie, il n’y a pas une année qui s’est passée sans que Busch se soit retrouvé dans l’eau chaude.

Sa capacité de concentration et son habileté à gérer des situations très stressantes pourraient faire de lui un bon joueur de poker, mais nous pensons qu’il aurait du mal à trouver l’équilibre nécessaire à une carrière réussie.

6. Amar’e Stoudemire (basketball)

Ce joueur de basketball de 6’10’’ a joué au sein de la NBA de 2002 à 2016. Bien que sa carrière ait été réussie, elle a été entachée par de nombreuses crises de colère. Par exemple, en 2012, il a quitté l’American Airlines Arena avec un bras en écharpe. Pourquoi?

Il ne s’est pourtant pas blessé en jouant. Il a plutôt, dans un éclat de colère, frappé violemment un extincteur d’incendie, se coupant ainsi la main gauche. Plus tard dans sa carrière, il a pris part à une prise de bec sur Twitter avec un admirateur, y allant d’une insulte homophobe, ce qui lui a valu une amende de 50 000 $.

Au poker, il faut avoir une bonne carapace, ce qui ne semble pas être le cas pour Stoudemire.

5. Serena Williams (tennis)

Serena Williams est probablement au tennis ce que Phil Hellmuth est au poker : la pire mauvaise perdante. Tout comme le « Poker Brat », Williams a fait preuve d’un bien piètre esprit sportif en de nombreuses occasions.

« Je vais prendre cette balle et l’enfoncer dans votre [juron] de gorge », a lancé Williams dans un délire plein de rage à une juge de ligne qui lui avait signalé une faute de pied.

Si vous recherchez sur Google « Serena Williams temper (mauvais caractère) », vous trouverez des manchettes comme « Serena Williams and the 20 Worst Temper Tantrums in Tennis History » (Serena Williams et les 20 pires crises de colère de l’histoire du tennis) et « ESPN indulges Serena Williams’ Bad-Example Tantrums » (ESPN encourage les crises inappropriées de Serena Williams). Une recherche similaire avec Hellmuth vous fera découvrir des articles semblables.

Ceci dit, Hellmuth est le joueur le plus récompensé de l’histoire du poker. Hellmuth et Williams sont sans contredit tous deux des passionnés de leur jeu. Si elle fait le saut dans le monde du poker, on ne sait jamais ce qu’elle pourrait y accomplir.

4. Grayson Allen (basketball)

L’étoile du basketball collégial NCAA a fait les manchettes au niveau national l’année dernière après avoir fait trébucher intentionnellement ses adversaires. D’abord Raymond Spalding de l’équipe de Louisville, puis Xavier Rathan-Mayes du FSU. Il a affirmé la saison suivante que tout ça était derrière lui, puis a fait trébucher Steven Santa Ana du Elon de Phoenix. Et il était capitaine de l’équipe!

Ce qui est encore pire, c’est qu’Allen n’a pas assumé la responsabilité de ses actes. Au départ, il semblait que l’équipe cautionnait son mauvais comportement étant donné l’absence de mesures disciplinaires, mais il fut en fin de compte démis de son titre de capitaine, puis suspendu indéfiniment de l’équipe. Toutefois, il était de retour au jeu plus tôt cette année.

Allen a du mal à gérer sa colère et ses jambettes sont aussi peu loyales que des regards indiscrets sur les cartes des autres. S’il prenait place à une table de poker, il y a de bonnes chances qu’il tente de franchir les limites de ce que les règles et l’étiquette permettent afin de s’assurer de la victoire.

3. Rob Gronkowski (football)

Le nouvel ailier rapproché des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, bien connu sous le nom de « Gronk », est une vraie bête sur le terrain. En dehors du terrain, il s’est forgé une réputation de déjanté. Son « Gronk Party Ship » et son « Gronk Party Bus » sont devenus légendaires. Il a fait la couverture du GQ, il aime la vie nocturne et les bars, et certains amateurs de poker le voient un peu comme Dan Bilzerian.

Plus récemment, le comportement de Gronk a dépassé les bornes lorsqu’il s’est moqué de David Ortiz, ancienne étoile des Red Sox, dans un extrait que la télévision n’a pas diffusé. La raison? La blague de Gronkowski était trop déplacée.

Rien de tout ça ne signifie qu’il serait un piètre joueur de poker, mais se retrouver à Las Vegas comporte son lot de dangers pour ceux qui aiment bien faire la fête. Nous ne pouvons toutefois pas nous empêcher de penser que le poker serait plus amusant si Gronk était de la partie. C’est un bout-en-train qu’il serait agréable de voir jouer aux côtés de l’ancien joueur des Patriots Richard Seymour.

2. Lonzo Ball (basketball)

Le 22 juin dernier, au cours du repêchage 2017 de la NBA, Ball a été sélectionné deuxième choix au total par les Lakers de Los Angeles. On croit qu’il deviendra un joueur étoile et qu’il fera une carrière digne du panthéon. Nous ne verrions aucun problème à ce que Ball joue au poker, si ce n’est qu’il serait probablement accompagné de son paternel très franc-parler : LaVar.

LaVar a volé la vedette après avoir déclaré que son fils était meilleur que Stephen Curry, LeBron James et Russell Westbrook. Il a par la suite mis sur le marché une paire de chaussures à 495 $ sous sa marque Big Baller Brand, ce qui lui a attiré de nombreuses critiques. Il semble toujours vouloir attirer l’attention, sans compter que la modestie ne semble pas être une de ses qualités. On l’a même surnommé « la pire chose qui soit arrivée au basketball ces cent dernières années ».

Ce serait une bonne chose de voir un joueur du calibre de Lonzo Ball s’intéresser au poker, en espérant toutefois que son père le laisse jouer tout seul comme un grand. La dernière chose dont le jeu a besoin, c’est que quelqu’un comme LaVar devienne la pire chose qui soit arrivée au poker au cours de ce siècle.

1. Connor McGregor (MMA)

Il faut l’admettre, voir l’étoile de UFC Connor McGregor jouer au poker serait très amusant. Il sauterait sans contredit dans le jeu en pensant qu’il pourra instantanément battre les meilleurs concurrents. C’est du moins l’attitude qu’il adopte pour son prochain match de boxe contre Floyd Mayweather. Ce dernier interrompant sa retraite pour affronter l’Irlandais.

Ce combat a déjà été annoncé comme l’un des plus grands de la boxe, bien que la plupart des experts prédisent une victoire facile de Mayweather. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, on ne peut faire fi de la force de McGregor et de sa volonté de tenter de nouvelles choses. Il est effronté et arrogant, mais il est talentueux et confiant.

Ce serait bien de le voir tenter sa chance aux tables de poker contre certains des meilleurs joueurs comme Phil Ivey et Chris Moorman, mais il a probablement aussi peu de chances de l’emporter sur eux que sur Mayweather.

McGregor est un être au physique supérieur et, bien que les arts martiaux mixtes requièrent une certaine force mentale, la force mentale requise au poker est différente. Nous croyons que ses compétences ne se transféreront pas bien au poker, mais nous ne le saurons pas vraiment tant qu’il n’aura pas pris place à une table!

Avez-vous trouvé cela intéressant?    

Merci de nous aider à améliorer

     

Copyright 2002 - 2017 Cassava Enterprises (Gibraltar) Limited., une filiale appartenant entièrement à 888 Holdings plc.
Cassava Enterprises (Gibraltar) Limited est une entreprise constituée à Gibraltar, qui fait partie de l'Union Européenne.
888 Holdings plc est coté à la bourse de Londres.
Cassava Enterprises (Gibraltar) Limited est licencié et réglementé pour offrir des services de jeu en ligne sous l'égide des lois de Gibraltar (licences de jeu à distance numéros 022 et 039) et, de fait, n'effectue aucune déclaration au sujet de la légalité de tels services au sein d'autres juridictions.
Nos services au Royaume-Uni sont opérés par 888 UK Limited, une entreprise constituée à Gibraltar, qui est sous licence et réglementée par la Great Britain Gambling Commission.
Nos services au sein des états membres du marché unique européen (sauf pour les états dans lesquels nos services sont fournis dans le cadre d'une licence locale) sont gérés par Virtual Digital Services Limited, une société constituée à Gibraltar, qui fait partie de l'Union Européenne.
La société Virtual Digital Services Limited fonctionne sous l'égide d'une licence de jeu, fournie sous le régime des lois de Gibraltar.
Nos produits de pari sont gérés en Irlande par 888 Ireland Limited, une société constituée à Gibraltar, qui est sous licence avec et réglementée par les Revenue Commissioners d'Irlande.
Notre adresse : 601-701 Europort, Gibraltar.
Nous encourageons le jeu responsable et soutenons GamCare.