Les compétences en jeux vidéo appliquées au poker

Auteur :
Font Size
A A A

Le jeu vidéo professionnel, mieux connu sous le nom d’eSports (ou sports électroniques), est l’un des marchés internationaux les plus en croissance : ses revenus projetés pour 2016 sont de plus de 500 millions de dollars. De plus, il bénéficie de l’un des plus grands publics, comptant ainsi 226 millions d’auditeurs en 2015.

L’an dernier, Forbes a publié un article qui soulignait les ressemblances entre l’eSports et le poker en ligne. Les deux types de jeux ont des joueurs-vedettes, sont étroitement liés au monde des paris et leurs adeptes doivent faire preuve des mêmes forces de caractère pour y percer : la patience, le goût du risque et la capacité de conserver sa concentration pendant de longues périodes. On y joue aussi dans l’un comme dans l’autre pour l’argent, bien que les enjeux soient plus élevés au poker en ligne.

Avec toutes ces ressemblances, il n’est pas étonnant de voir des transferts d’une industrie à l’autre. Quelques pros de poker ont tenté leur chance au eSports avec plus ou moins de succès, alors que certaines super-vedettes du eSports se sont aventurées dans le monde du poker en espérant utiliser leurs compétences pour gagner de l’argent sonnant.

Comment alors de tels jeux peuvent-ils améliorer leurs compétences qui leur permettront de gagner de l’argent au poker?

FlowEsports a le poker dans sa mire

En décembre 2016, 888poker s’est associé avec FlowEsports, qui est composé des pros Hearthstone Daniel « C4mlann » Märkisch, Tobias « TwoBiers » Graap, Vetle « Xzirez » Stubberud et Johannes « JonnyStoneHS » Steindl. Hearthstone possède plus de 40 millions d’utilisateurs et est similaire au poker en plusieurs points, par exemple par l’utilisation de cartes pour réduire les ressources de ses adversaires. Nous ne sommes donc pas surpris d’apprendre que, à l’exception de Stubberud, toute l’équipe a déjà expérimenté le poker.

Steindl, qui est né et a grandi à Vienne, a été un pro de poker avant de jouer au eSports. Après avoir étudié en informatique de gestion au collège, il a travaillé un an comme commis dans un pub de paris sportifs avant de découvrir le poker. Il a vite quitté son emploi afin de devenir un pro à temps plein et, de 2006 à 2014, il a amassé 62 854 $ en gains lors de tournois en direct.

« Après 10 ans dans le circuit professionnel de poker, je commençais à m’ennuyer un peu », a confié Steindl. « Devenir un pro Hearthstone dès que je pouvais en saisir l’occasion était l’étape logique de mon cheminement. »

En plus de Hearthstone, Steindl a consacré temps et efforts à plusieurs autres jeux dont StarCraft Broodwar, Counter-Strike 1.6, World of Warcraft, Diablo 2+3 et Civilization IV-VI 4.

Pour ce qui est de Märkisch, qui habite à Kassel, en Allemagne, et qui a un frère jumeau, il a passé sept ans à enseigner pour quatre différentes universités avant de réorienter sa carrière dans le domaine du jeu professionnel. Étrangement, ce changement a été inspiré par une chose qui a révolutionné tant les industries du eSports que du poker il y a de cela quelques années : Twitch.

« Je recherchais un sujet intéressant pour ma thèse de doctorat. La diffusion en continu [le « streaming »] m’est alors apparue », a raconté Märkisch. « Après un certain temps, mes diffusions ont attiré l’attention. J’ai donc décider de devenir un diffuseur. Parce que je diffusais en continu et en raison du temps que je prenais pour le streaming de Hearthstone, je suis devenu un meilleur joueur. Un jour, un de mes amis m’a montré Hearthstone et j’ai tout de suite aimé ce jeu. J’étais bon, car j’ai joué à Magic l’assemblée quand j’étais petit, ça m’a donné une longueur d’avance pour Hearthstone. J’en suis arrivé à jouer à ce jeu au niveau de compétition le plus avancé. »

Comme il joue à des jeux depuis plus de 25 ans (avec un point culminant lorsqu’il s’est classé parmi les 10 meilleurs à Dark Age of Camelot), ce n’était qu’une question de temps avant que Märkisch ne découvre le poker. En novembre 2016, il a encaissé son premier montant, le seul à ce jour, lorsqu’il s’est classé en 20e position sur 851 participants lors du Circuit Rozvadov international du World Series of Poker, avec des gains de 10 320 $.

Finalement, il y a aussi Graap, qui au joue au poker pour le plaisir. Graap, le cadet de sept enfants, a abandonné le collège pour jouer à League of Legends et à Yu-Gi-Oh! en ligne. Après avoir vu ses coéquipiers jouer à des tournois entre deux matches, Graap a décidé de tenter sa chance à Hearthstone. C’était il y a plus de deux ans et demi.

« J’ai commencé à jouer à plusieurs tournois ouverts », a-t-il dit. Il a aussi joué à War Rock. « Un jour, j’ai diffusé en continu sur Twitch chez un de mes amis et ce fut un grand succès. J’ai donc décider de m’acheter un meilleur PC et de diffuser moi-même. »

Qu’est-ce qu’il faut pour être un diffuseur eSports à succès?

Au poker, nous pouvons choisir parmi des douzaines de jeux différents, le No Limit Hold’em étant de loin le plus populaire. Alors que les meilleurs joueurs accomplis de poker sont bons dans tous les jeux, certains se spécialisent en se concentrant sur un seul jeu. C’est sensiblement la même chose pour le eSports.

« Le fait devenir un joueur professionnel de jeux électroniques dépend du jeu auquel vous jouer », a dit Steindl. « En gros, votre dévouement, vos efforts et vos talents vous y mèneront, comme dans n’importe quel sport normal tel que le tennis ou le football. »

Märkisch partage cette opinion : « Cela dépend du jeu auquel vous jouez. Par exemple, un bon joueur de basket-ball ne sera pas nécessairement un bon joueur de soccer. Un bon joueur de League of Legends ne sera donc pas nécessairement un bon joueur de Hearthstone. De bonnes tactiques et de bonnes stratégies aideront pour tous les types de jeux. C’est aussi très important de continuer à apprendre et à vous améliorer chaque fois que vous jouez. »

Tous trois recommandent aussi d’adopter un mode de vie sain, ce qui inclut une alimentation saine, de l’exercice physique et des pauses du jeu à l’occasion.

« Je pense que c’est important d’avoir des loisirs qui se font ailleurs que devant un ordinateur », a affirmé Steindl. « Personnellement, je joue au tennis de table à un niveau compétitif. »

« Buvez beaucoup d’eau. Sinon, vous vous déshydraterez et votre cerveau sera moins efficace », a ajouté Märkisch. « J’essaie de dormir beaucoup avant un gros tournoi, même si je n’y arrive pas vraiment. Une alimentation saine est aussi très importante, même si je ne suis moi-même pas un modèle à suivre : je commande de la pizza toute la semaine quand je diffuse! »

Vous le savez probablement déjà, mais vous pourriez appliquer à la lettre ces sages conseils d’eSports au poker en ligne. En fait, ce que Graap dira sur la façon de devenir un joueur eSports couronné de succès aurait pu être dit par les meilleurs joueurs de poker du monde.

« Vous devez aimer le jeu auquel vous jouez », a-t-il déclaré. « Vous devez essayer de vous améliorer sans cesse; car il y a toujours place à amélioration. Vous avez besoin d’objectifs élevés à atteindre. Ne jouez pas à trop de jeux, vous devez prendre le temps de vous concentrer sur un seul jeu. Il est aussi essentiel d’avoir les idées claires, car certains jeux peuvent être vraiment frustrants. Ne lâchez pas, foncez. »

Comment les compétences eSports se traduisent-elles au poker?

Le point de vue sur le FlowEsports le plus intéressant est peut-être celui de Steindl. Celui-ci était d’abord un joueur de poker avant de faire le saut dans les jeux vidéo, plutôt que l’inverse.

« De nombreuses compétences se transfèrent bien du poker au ESports », a dit Steindl, qui a excellé dans les parties à l’argent durant une bonne partie de la décennie. « Les principales selon moi sont la maîtrise de soi et de sa colère, la capacité de garder sa concentration malgré la pression, l’habileté à déjouer son adversaire et la détermination à travailler fort, sans compter les heures. La seule chose qui est importante au poker (et non au eSports) est la nécessité de gérer son budget. Sinon, je crois que tout spécialiste dans l’un des domaines pourra exceller dans l’autre. »

Mais cela s’applique-t-il dans l’autre sens? Comment les joueurs de jeux vidéo qui n’ont pas beaucoup d’expérience au poker peuvent-ils faire la transition?

« Le poker ressemble beaucoup au Hearthstone », a dit Graap, pour qui l’expérience au poker comprend des parties maison entre amis. « Vous pouvez bluffer votre adversaire à un niveau vraiment difficile parce que, si quelqu’un est vraiment bon au Hearthstone, il commencera à lire les mains et à donner de l’information fausse. Vous pouvez prendre des risques si vous êtes derrière et vous pouvez jouer au-delà de vos possibilités. La patience est vraiment importante, dans un jeu comme dans l’autre, et vous devez adapter votre mode de jeu selon vos adversaires. »

Märkisch, quant à lui, hésitait à s’embarquer dans le poker, car il craignait avoir manqué « les belles années » du poker. Néanmoins, lorsque 888poker a commandité son équipe et a invité Steindl à prendre part au Circuit Main Event WSOP à Rozvadov, il a suivi et a joué son premier tournoi de poker. Il croyait qu’il serait éliminé en moins d’une heure. Il ne savait pas alors qu’il était destiné à une longue soirée, surtout grâce à ses compétences en jeux vidéo.

« Selon moi, les éléments de base mathématiques et stratégiques étaient assez intuitifs », a-t-il dit. « J’ai eu l’avantage d’avoir jusqu’à quatre personnes que je pouvais lire facilement à chacune des tables. Le fait de me concentrer sur les comportements de chaque joueur à la table et sur leurs réactions aux actions des autres joueurs m’a donné une longueur d’avance. »

Märkisch a ajouté : « Le poker est un jeu comme les échecs et les jeux vidéo. Comme je suis un vrai « nul » au poker, je ne pourrai avoir une idée de tous ses mystères qu’après y avoir joué un bon moment. Au Hearthstone, vous devez calculer vos possibilités pour gagner. C’est la même chose au poker. Aux échecs, vous devez trouver la meilleure stratégie, c’est-à-dire la série de coups à faire, selon la réponse de votre adversaire. La façon de penser et de déjouer son adversaire est très importante. La patience est semble-t-il aussi une bonne compétence au poker. »

Le chassé-croisé entre l’eSports et le poker n’est pas prêt de disparaître. Les joueurs des deux côtés continueront à diffuser leurs exploits sur Twitch. Pour ce qui est de l’équipe FlowEsports, vous pouvez miser sur le fait que 888poker gardera un œil sur celle-ci et sur ses efforts d’amélioration de ses compétences en jeux vidéo pour réussir au poker.

Avez-vous trouvé cela intéressant?    

Merci de nous aider à améliorer

     

Copyright 2002 - 2017 Cassava Enterprises (Gibraltar) Limited., une filiale appartenant entièrement à 888 Holdings plc.
Cassava Enterprises (Gibraltar) Limited est une entreprise constituée à Gibraltar, qui fait partie de l'Union Européenne.
888 Holdings plc est coté à la bourse de Londres.
Cassava Enterprises (Gibraltar) Limited est licencié et réglementé pour offrir des services de jeu en ligne sous l'égide des lois de Gibraltar (licences de jeu à distance numéros 022 et 039) et, de fait, n'effectue aucune déclaration au sujet de la légalité de tels services au sein d'autres juridictions.
Nos services au Royaume-Uni sont opérés par 888 UK Limited, une entreprise constituée à Gibraltar, qui est sous licence et réglementée par la Great Britain Gambling Commission.
Nos services au sein des états membres du marché unique européen (sauf pour les états dans lesquels nos services sont fournis dans le cadre d'une licence locale) sont gérés par Virtual Digital Services Limited, une société constituée à Gibraltar, qui fait partie de l'Union Européenne.
La société Virtual Digital Services Limited fonctionne sous l'égide d'une licence de jeu, fournie sous le régime des lois de Gibraltar.
Nos produits de pari sont gérés en Irlande par 888 Ireland Limited, une société constituée à Gibraltar, qui est sous licence avec et réglementée par les Revenue Commissioners d'Irlande.
Notre adresse : 601-701 Europort, Gibraltar.
Nous encourageons le jeu responsable et soutenons GamCare.