Le poker : comment le jeu a-t-il évolué?

Auteur :
Font Size
A A A

Nous entendons souvent des gens se plaindre qu’ils sont malchanceux au poker... nous l’avons tous fait. Il y en a toujours qui pleurnichent pour des défaites crève-cœur, on les voit sur Facebook, dans les forums de poker ou même lors des tournois. À les croire, ils seraient tous d’excellents joueurs, si ce n’était de CETTE malheureuse carte qui a été tournée sur le river.

C’est là que réside toute la beauté du poker.

Un jeu pour tout un chacun

Le Texas Hold’em est devenu très populaire, surtout parce que n’importe qui peut y jouer et s’amuser, même avec une connaissance limitée des règles. Aucun autre sport ne peut vous donner cette euphorie d’être au même niveau que les « vedettes » et même de pouvoir compétitionner contre elles.

En 2003, Chris Moneymaker a gagné le WSOP Main Event à partir d’une connexion Internet à 39 $. Il a ainsi montré à la planète entière comment la frontière est mince entre les rêves et la réalité, surtout lorsqu’il est question de poker.

Dame Fortune est très capricieuse, elle n’en fait qu’à sa tête. En tant que joueurs, nous pouvons tenter de lui donner un sens, en trouvant la stratégie la plus profitable selon les batailles. C’est ainsi qu’agissent les professionnels. Ils gagnent parfois gros, mais peuvent ne rien gagner durant des mois. En fin de compte, ils finissent toujours par s’enrichir.

Quand les pros gagnent, tout le monde y gagne

Chacun a sa propre stratégie, même ceux qui jouent pour la première fois. Certains joueurs liront plusieurs livres sur le sujet, d’autres préféreront en parler avec leurs compères. Ils ont une chose en commun : ils apprendront tous de leurs expériences, que ce soit en copiant un meilleur joueur ou en adaptant leur jeu selon les tendances.

S’ensuit une réaction en chaîne : les professionnels développent de nouvelles stratégies pour améliorer leur rentabilité; leurs adversaires s’y adaptent progressivement et utilisent ces techniques contre des adversaires plus faibles, et ainsi de suite.

Le plus beau dans tout ça, c’est qu’il n’y a pas de limites à ce processus d’apprentissage. Il n’existe pas de « stratégie parfaite » complète au poker. Avoir l’avantage sur quelqu’un signifie seulement être à un niveau plus élevé, peu importe le niveau d’apprentissage.

C’est pourquoi nous entendons partout que le Texas Hold’em a évolué énormément au cours des dernières années. Il est cependant difficile d’expliquer comment en seulement quelques mots. Afin de simplifier les choses, concentrons-nous sur certains aspects et regardons comment certaines tendances ont été remplacées par de nouvelles.

Nous examinerons comment ces changements concernent autant les pros que les amateurs et, ce qui n’est pas une mince affaire, comment l’industrie du poker s’est adaptée à ces changements constants.

Nous sommes ravis d’accueillir Alec Torelli pour explorer avec nous les stratégies et le marketing du poker.

Faites vos jeux!

Question : Alec, commençons par la taille des mises, il était autrefois commun de miser 3 fois le blind comme enchère d’ouverture. On voyait même souvent une relance de 4 ou 5 fois le big blind. C’était avant la venue du poker en ligne. De nos jours, particulièrement lorsque les piles ne sont pas très élevées, la plupart des joueurs feront de plus petites enchères, misant de 2,2 à 2,5 (ou 2,8) fois la mise minimale, selon leur place à la table. Pouvez-vous expliquer brièvement comment ces changements sont devenus la norme chez les joueurs? Et, en approfondissant le sujet, quels sont les avantages à cette réduction des mises par rapport aux enchères qu’on voyait avant?

Réponse : Depuis 2003, le poker a grandi en popularité et le jeu a constamment évolué et est devenu beaucoup plus efficace. La taille des enchères est une question de mathématiques. Les bons joueurs augmentent la mise sur des pré-flops plus petits parce qu’ils ont besoin de risquer moins pour gagner le même montant, ce qui leur donne un meilleur ratio risque-rendement.

Ce qui n’était au début que la stratégie de quelques joueurs d’élite est devenue une tendance, alors que de plus en plus de joueurs comprennent le raisonnement derrière cette façon de jouer et adoptent cette stratégie.

Les floats et les backdoors

Question : Le concept d’équité n’était auparavant pas toujours compris de tous. Des techniques comme le « floating » sur une suite backdoor (c’est-à-dire que l’on mise en espérant que notre tirage se complète sur le turn ou le river), ou lorsqu’une ou deux cartes du tableau sont plus élevées que nos cartes fermées, sont beaucoup plus populaires aujourd’hui qu’auparavant. Qu’est-ce qui a changé dans le jeu pour que ces choix soient maintenant profitables?

Réponse : Au fil des ans, le fait de suivre est devenu une technique de jeu plus puissante. Lorsque le joueur suit tout simplement, il peut en apprendre beaucoup - et à peu de frais - sur la main de son adversaire, surtout s’il est à la bonne place à la table. Au lieu de relancer en bluffant, comme il était coutume de voir autrefois, les joueurs d’aujourd’hui « flottent » sur le flop et tentent de voler le pot si leur adversaire check sur le turn.

Parce qu’il faut choisir judicieusement le moment pour agir ainsi, les joueurs flottent selon une certaine équité et les couleurs et suites backdoors sont de bonnes occasions de jouer ainsi. Par exemple, lorsque le tableau offre 10♦7♣ 4♣ et que vous avez Q♦ J♦ en mains.

Un joueur plus expérimenté comprendra qu’il ne doit pas que suivre et tenter de réaliser son équité, mais qu’il peut gagner le pot de différentes façons. En suivant sans relancer, il peut se constituer une couleur ou une suite selon les multiples possibilités du turn et de la river, ce qui lui donne plus de chances encore de remporter le pot.

Limper n’est plus un vilain mot

Question : Parlons du fait de limper (suivre le big blind sans relancer) : Au début des années 2000, plusieurs joueurs placés en début d’enchères préféraient suivre plutôt que de relancer. Après plus d’une décennie durant laquelle le fait de limper était vu comme « suspect », certains joueurs limpent, surtout lorsqu’ils sont dans les dernières places comme le bouton et le cut-off, et même, mais moins souvent, dans les places de début d’enchères. Pourquoi tant de joueurs évitent-ils maintenant de limper? Est-ce que limper de façon stratégique et équilibrée peut être rentable de nos jours?

Réponse : Vous verrez limper des joueurs placés en fin d’enchères, mais c’est généralement lors de tournois où les cotes du pré-flop sont meilleures (en raison des antes), et que les piles sont plus petites.

Ça ne me dérange pas de limper au cours d’un tournoi, mais ce n’est pas quelque chose qu’on voit souvent dans les parties à l’argent. Mais encore, selon la situation et avec une image et une stratégie appropriées, limper peut s’avérer efficace, tant aux parties à l’argent que dans les tournois.

Les nouvelles tendances des amateurs quant aux éventails d’ouverture

Question : D’après votre expérience, comment les éventails d’ouverture ont-ils évolué chez les amateurs?

Réponse : Ils sont devenus plus serrés au fil des ans alors que les joueurs ont amélioré leurs connaissances. De nos jours, la plupart des joueurs, même les amateurs, ont une bonne connaissance des stratégies du pré-flop et s’efforcent de jouer avec des mains bien assorties et selon leur place à la table.

Question : Croyez-vous que le joueur moyen adapte son jeu aux nouvelles « tendances » ou est-ce qu’il joue plus directement?

Réponse : Je crois que tous les joueurs se sont adaptés au cours des années, mais, bien entendu, les professionnels se sont ajustés plus rapidement et plus sérieusement que les amateurs. Je pense qu’un bon joueur amateur d’aujourd’hui pourrait battre un pro d’il y a 10 ans. Le jeu a beaucoup évolué et, en 2016, le joueur moyen est meilleur que les joueurs qui l’ont précédé.

Question : Quels sont les changements les plus importants dans l’ensemble, outre ceux que vous avez déjà mentionnés?

Réponse : Un autre point que j’ai remarqué au fil des ans, c’est que les joueurs ont une connaissance plus précise du jeu. Ils décrivent les situations en analysant les possibilités des éventails de chacun. Quand j’ai commencé à jouer, ce concept n’était pas très discuté. Les pros de la vieille école avaient l’habitude d’affronter leurs adversaires sur une main en particulier et de prendre leurs décisions à partir de là. Ce n’est qu’au cours des 5 dernières années que les gens ont commencé à comprendre les possibilités d’une main et comment utiliser ceci pour prendre de meilleures décisions.

Question : Est-ce encore possible pour un nouveau joueur de commencer à jouer maintenant et de penser en tirer profit, ou bien est-ce trop demandant en temps (et en argent) de tout apprendre et de maintenir ses connaissances?

Réponse : Bien sûr que c’est possible. Bien entendu, c’est plus difficile qu’en 2003, mais ce n’est pas une excuse pour ne pas commencer. Tous les grands sports connaissent aussi de grandes avancées, et il y a aujourd’hui encore plus d’ouverture dans ces sports que dans toute leur histoire.

Le baseball est devenu extrêmement compétitif, alors qu’il y a de cela un siècle, les joueurs de la ligue majeure devaient avoir un autre emploi pour survivre. Les choses changent beaucoup plus vite dans notre société, mais j’ai confiance que, au cours des 10 prochaines années, nous verrons des joueurs se démarquer et devenir des phénomènes, tout comme on l’a vu il y a 10 ans avec des étoiles montantes comme Tom Dwan.

Question : Est-ce que les nouveaux joueurs débutants rêvent encore de devenir des professionnels? Et sinon, quels genres d’objectifs un débutant peut-il cibler?

Réponse : Tout à fait. Je viens d’ailleurs de créer un cours pour les amateurs qui veulent devenir des professionnels : le Four Step Poker . Le concept fonctionne bien et plusieurs de mes étudiants me disent qu’ils ont été capables de générer un revenu d’appoint. 

Si je peux voir de tels résultats seulement dans ma communauté, c’est qu’il y a sans aucun doute un moyen de vivre des gains du poker pour ceux qui sont déterminés, engagés et disciplinés.

Le marché & du joueur professionnel commandité

Question : Le poker a aussi évolué en tant qu’industrie : les belles années des commandites s’achève. Devons-nous en conclure que les salles de poker doivent oublier le concept d’ambassadeurs ou est-ce que ceux-ci peuvent encore jouer un rôle important côté marketing?

Réponse : Dans le monde du poker, la renommée d’un joueur est tout ce que celui-ci possède. Bien que des commandites officielles soient plus difficiles à obtenir sur le marché actuel, le bouche à oreille et la confiance envers une marque sont encore importants. C’est surtout le cas pour les sites de poker en ligne, qui ont fait l’objet de nombreux scandales ces dernières années. C’est dommage que les joueurs aient perdu confiance en toute l’industrie parce qu’il y a encore de très bons sites, comme 888 Poker, qui sont tout à fait fiables, 100 % légaux et en règle.

Question : Que pensez-vous des tournois high roller, dont le prix d’inscription est beaucoup plus élevé? Est-ce qu’ils donnent une bonne image du poker ou bien est-ce qu’ils nuisent aux amateurs en augmentant le fossé entre eux et les pros renommés?

Réponse : Les high rollers ont ceci de bon qu’ils font connaître le poker et qu’ils sont de bons divertissements pour les gens d’affaires cossus. Tout ce qui apporte plus d’argent et qui attire les regards sur ce sport est une bonne chose. Bien entendu, le pro ordinaire ne pourra participer à ces tournois, mais il y a beaucoup d’autres tournois qui s’adressent à des joueurs de tout niveau. Bref, ces tournois high rollers ont plus d’effets positifs que négatifs.

Le poker et la prochaine décennie

Question : Comment voyez-vous l’industrie du poker dans 10 ans?

Réponse : C’est drôle que vous me posiez cette question. Je viens de mettre en ligne une vidéo à ce propos, de même qu’un blogue . Pour résumer ma pensée, je pense que les progrès de la technologie et la diffusion rapide de l’information continueront à rendre le jeu encore plus compétitif. Je crois qu’il sera encore possible d’y gagner des montants intéressants, même si le plafond de revenu des professionnels a toujours été relativement bas par rapport aux autres industries.

Avec un peu de chance, le poker en ligne sera réglementé aux États-Unis, ce qui contribuera à changer l’opinion publique et pourra éventuellement inciter de très gros commanditaires à choisir ce sport. 

Avez-vous trouvé cela intéressant?    

Merci de nous aider à améliorer

     

Copyright 2002 - 2016 Cassava Enterprises (Gibraltar) Limited., une filiale appartenant entièrement à 888 Holdings plc.
Cassava Enterprises (Gibraltar) Limited est une entreprise constituée à Gibraltar, qui fait partie de l'Union Européenne.
888 Holdings plc est coté à la bourse de Londres.
Cassava Enterprises (Gibraltar) Limited est licencié et réglementé pour offrir des services de jeu en ligne sous l'égide des lois de Gibraltar (licences de jeu à distance numéros 022 et 039) et, de fait, n'effectue aucune déclaration au sujet de la légalité de tels services au sein d'autres juridictions.
Nos services au Royaume-Uni sont opérés par 888 UK Limited, une entreprise constituée à Gibraltar, qui est sous licence et réglementée par la Great Britain Gambling Commission.
Nos services dans les états de l'Union Européenne (sauf pour les états pour lesquels nos services sont fournis conformément à une licence locale) sont opérés par Virtual Digital Services Limited, une société constituée à Gibraltar, qui fait partie de l'Union Européenne.
La société Virtual Digital Services Limited fonctionne sous l'égide d'une licence de jeu, fournie sous le régime des lois de Gibraltar.
Nos produits de pari sont gérés en Irlande par 888 Ireland Limited, une société constituée à Gibraltar, qui est sous licence avec et réglementée par les Revenue Commissioners d'Irlande.
Notre adresse : 601-701 Europort, Gibraltar.
Nous encourageons le jeu responsable et soutenons GamCare.