« Laissez-moi vous dire quelque chose. Ce fut le pire bluff de l'année, mais il a fonctionné pour une raison : Je me suis bluffé moi-même.

Si j'ai perdu c'est parce que j'ai sous-estimé mon adversaire.

Cela m'était égal à la fin, j'étais tellement fatigué. Je n'arrivais pas à me concentrer. »

C'était Sammy Farha, parlant d'une main légendaire au WSOP Main Event de 2003. Ce pro de la vieille école, tout vêtu d'un costume italien à 5 000 $, lunettes noires de marque au nez, et cigarette non allumée à la bouche, avait commencé son heads-up contre le qualifié en ligne au bouc du Tennessee, Chris Moneymaker, avec un plan de jeu : jouer « small-ball » (petites mises petits pots), ne pas s'impliquer dans trop de gros pots, avoir son adversaire à l'usure.

Cette stratégie n'a pas marché.

« Je connaissais le plan de jeu de Sammy en heads-up. Je savais que s'il pensait qu'il était bien meilleur que moi, il voudrait garder les pots plus petits et utiliser son expérience pour essayer de me diminuer, » nous dit Moneymaker.

Je savais ce qu'il voulait me faire et j'étais décidé à ce que cela ne se produise pas. »

L'arrivée des jeunes champions

À 27 ans, Moneymaker fut l'un des plus jeunes champions du Main Event, et sa victoire a inspiré une nouvelle génération de joueurs à se mettre au jeu.

Mais cela a produit un autre effet : il a marqué l'avènement de joueurs encore plus jeunes au poker, une génération d'arrivistes intrépides, extrêmement bien préparés, experts en Internet, n'ayant pas peur de gagner, ni de perdre.

Ceux de la vieille école « n'arrivaient pas à se concentrer », ils étaient « fatigués ».

Et le WSOP en bénéficie. Le nombre de participants augmente et ils sont de plus en plus jeunes. Avec plus de tournois satellites en ligne et forfaits que jamais auparavant, les jeunes agressifs avec buy-in et frais de déplacement à dépenser remplissent les salles de conférence au Rio, chaque année.

Quels sont les facteurs ayant entraîné ce changement? En analysant les statistiques sur plus de 40 ans des tournois WSOP Main Event, en plus des événements historiques et interviews des meilleurs joueurs, nous essayons de découvrir la composition des champions de demain. Nous en conclurons que la prochaine génération de champions de poker sera :

Légèrement plus vieux que les jeux phénomènes de ces dernières années, au environ de l'âge magique de 25 à 30 ans

Plus d'expérience, avec des gains avérés en ligne ET hors ligne

En meilleure forme et mieux préparés

Bien préparés

L'ascension du poker

Depuis le premier tournoi WSOP dans les années 70, quand un petit groupe de joueurs endurcis bataillait dans une salle de jeu embuée de Las Vegas, le nombre de participants au WSOP a régulièrement augmenté.

Le buy-in de l'époque était de 10 000 $, et cela n'a pas changé. Avec la popularité grandissante du Texas Hold'em, le nombre de tournois Main Event a également augmenté.

L'ascension du poker

Partagez ces idées avec d'autres joueurs de poker sur votre blog!

En observant notre premier graphique, nous constatons une augmentation constante. Il y a des bonds importants, plus particulièrement au début des années 80, quand les premiers qualifiés de satellites ont été introduits, et une nouvelle fois après la victoire de Moneymaker.

« L'effet Moneymaker » a entraîné une poussée des chiffres l'année suivante de plus de 300 %. Un autre amateur a triomphé en 2004, un avocat qui s'appelle Greg Raymer, et un autre boom l'année suivante, avec 5 619 joueurs détalant vers le Rio lorsque l'australien Joe Hachem remporta le premier titre de son pays.

Les américains, jeunes et vieux, se sont tournés vers Internet pour jouer au poker et, en dépit de l'entrée en vigueur de la loi sur les paris illégaux « Unlawful Internet Gambling Enforcement Act » (UIGEA) en 2006, un nombre record de 8 773 joueurs se sont affrontés cette année là au Main Event.

Comme de nombreux principaux sites de poker en ligne ont quitté les États-Unis et emporté leurs satellites avec eux, les chiffres ont chuté à 6 358 en 2007, mais ces chiffres se sont maintenus, même pendant les jours sombres de Vendredi noir lorsque les plus gros sites qui avaient défié UIGEA et étaient restés aux États-Unis, ont été fermés.

En dépit du fait que de nombreux américains se sont vus refuser la chance de réserver un siège pour pas cher via un tournoi de qualification en ligne, il existe davantage d'opportunités de se qualifier pour les salles de poker et casinos live des États-Unis.

Début de la domination des enfants

Début de la domination des enfants

Partagez ces idées avec d'autres joueurs de poker sur votre blog!

Quelque chose a continué à se produire avec l'augmentation du nombre de joueurs : l'âge des champions a diminué.

Comme vous le constatez sur notre second graphique, les amateurs tels que Raymer, Jerry Yang et Jamie Gold avaient une bonne trentaine d'années lorsqu'ils ont gagné, une différence importante comparée à la quarantaine-cinquantaine d'années des années 70 et 80.

En 2008, l'avènement des jeunes pro a été confirmé par la victoire de Peter Eastgate. Un pro timide du Danemark, Eastgate, a explosé le record d'un champion du Main Event lorsqu'il remporta le titre à 22 ans. Il s'était qualifié pour ce tournoi sur un des principaux sites de poker en ligne.

Un an plus tard, Joe Cada battit à nouveau le record de plus de 300 jours.

Mais il ne s'agit là que de simples interprétations : comme le montre le Graphique 2, l'âge moyen des champions au fil des décennies se réduit également.

Partagez ces idées avec d'autres joueurs de poker sur votre blog!

Partagez ces idées avec d'autres joueurs de poker sur votre blog!

Effectivement, aux tables finales elles-mêmes, les âges moyens sont de plus en plus inférieurs. En examinant l'infographie 3, la table finale de 2004 était composée d'un gagnant de 40 ans, Raymer, mais aussi de Dan Harrington, 58 ans (vainqueur en 1995) et du jeune David Williams, qui avait 24 ans lorsqu'il finit second.

Toutefois, en 2006, quand Jamie Gold remporta le prix record de 12 millions de $, la table finale avait en moyenne à peine plus de 27 ans.

En 2009, quand Cada gagna, la table était relativement jeune avec une moyenne à peine supérieure à 31 ans, alors que la table de l'année dernière définit peut-être la tendance des November Nine à venir quand Martin Jacobson et compagnie formaient une table d'une moyenne d'âge juste en dessous de 28 ans.

Et ce n'est pas seulement la moyenne d'âge à la table de manière générale. Les deuxièmes se révèlent être également aussi jeunes que les gagnants.

Pourquoi les jeunes d'une vingtaine d'années dominent-ils?

Pourquoi y-a-t-il donc une augmentation de la domination des jeunes joueurs au Main Event?

Cela peut être dû à différents facteurs. Examinons pourquoi les champions actuels et futurs sont bien plus jeunes qu'il y a 20 ans :

  1. Préparation et endurance

    « Je me rappelle que nous faisions des journées de 17 heures et que je dormais durant ma pause repas de 90 minutes » se rappelle Dennis Phillips, qui avait 54 ans quand il termina troisième du WSOP Main Event de 2008.

    « L'année où je l'ai fait [in 2008], les journées ne se terminaient pas avant minuit et parfois aux premières heures du jour suivant. »

    Selon Dennis, tout se rapporte à une préparation adéquate.

    « Vous devez manger à l'avance, ajuster votre horloge biologique et faire des pauses dès que possible. Je voyais des joueurs, jeunes et vieux, manger n'importe quoi et perdre des jetons et misez n'importe comment après 22 h 00.

    Le Main Event est une épreuve longue et fatigante, physiquement et mentalement. Elle devient plus difficile pour les joueurs âgés. »

  2. Buy-in et piles de jetons

    Le buy-in de 10 000 $ est resté au même niveau en 45 ans d'existence du WSOP. Ces 10 000 $ sont bien plus abordables aux joueurs pro actuels.

    Il existe bien davantage de possibilités de gagner des jetons aujourd'hui qu'auparavant, ce qui signifie que le buy-in n'est pas inaccessible pour les jeunes talents.

    Et même si les parrainages (associés souvent à des buy-in WSOP gratuits) ne sont plus aussi fréquents qu'autrefois, les jeunes pro qui profitaient de parrainages avant 2011 récoltent les fruits de cette expérience à présent qu'ils sont un peu plus âgés.

    Mais au niveau des tournois, les piles de jetons WSOP ont aussi leur importance.

    Mohsin Charania est un jeune et talentueux joueur pro américain ayant gagné plus de 4,5 millions de $ en carrière. Il a gagné plus de 500 000 $ en jouant en ligne mais a remporté les titres du EPT et WPT, et de nombreux gains WSOP à son nom.

    « Les organisateurs du WSOP ont modifié les piles de départ il y quelques années, passant de 20 000 à 30 000, » nous dit-il.

    « Cet extra a aidé les jeunes ayant une expérience en ligne à jouer davantage de mains. Ces 10 000 jetons supplémentaires se sont avérés précieux pour le tournoi deep-stack. »

  3. En ligne = Plus de mains

    Aujourd'hui, les champions ont perfectionné leur habilité en jouant en ligne. Prenons Annette Obrestad, qui a gagné le WSOPE à 19 ans en 2007. Son alias en ligne, « Annette_15 », vous donne un indice de l'âge qu'elle avait quand elle a commencé à jouer.

    En fait, Obrestad peaufinait ses compétences en jouant en ligne pour s'amuser avant de participer aux gros tournois. Elle a ramené à Londres cette année d'expérience qui avait pris aux pros expérimentés une génération à acquérir.

    Il y a, bien sûr, des variances du jeu live auxquelles les pros en ligne doivent s'habituer, mais vous ne pouvez pas remettre en cause les heures d'expérience acquises en ligne par rapport aux compétences générales d'un joueur professionnel.

  4. L'arrogance de la jeunesse

    Tandis que les joueurs joueront, les jeunes pros ont plus de jeu en eux. Ils comprennent le besoin d'être agressif, intrépide et audacieux. Les pros plus jeunes passent souvent directement de la fac à jouer au poker pro à plein temps, sans avoir à se soucier d'un travail conventionnel.

    Et avec tant de jeux accessibles, que signifie une baisse de 10 000 $ quand il en existe plein d'autres disponibles en se connectant sur votre site de poker favori et en amassant quelques pots cash?

    De nombreux jeunes pros n'ont pas encore de famille à charge, et peuvent consacrer davantage de temps à jouer et à étudier le jeu sans avoir à se soucier d'un partenaire ou d'enfants.

  5. Entraînement et réseaux sociaux

    Les joueurs pro actuels intègrent non seulement le volume, mais ils passent aussi des heures à partager des mains avec leurs confrères pro et à regarder des vidéos, ainsi qu'à recevoir les conseils de coachs professionnels.

    Les parrainages ne sont peut-être plus aussi courants, mais l'investissement et le coaching le sont. Ils préparent non seulement les joueurs aux compétences financières et de poker nécessaires lors d'un Main Event, mais aussi à gérer les questions mentales auxquelles tous les joueurs doivent faire face.

  6. L'expérience prédominera

L'expérience prédominera

Partagez ces idées avec d'autres joueurs de poker sur votre blog!

Pendant un moment, on pensait que le gagnant du Main Event aurait 21 ans pour toujours, plein de fanfaronnade et toute une vie d'expérience à apprendre à jouer sur Internet. Toutefois, on dirait que, depuis les deux dernières années au moins, vous devez être un peu plus expérimenté sur le circuit live pour réussir au WSOP.

Examinons notre quatrième infographie. Comme vous le constatez, en 2003, lorsque Moneymaker, un qualifié amateur, a gagné, il avait gagné exactement 0 $ aux tournois live avant son triomphe au WSOP Main Event.

Raymer, pendant ce temps, avait remporté 136 000 $ et 101 273 $ Gold lorsqu'il gagna l'année suivante. Avec le rajeunissement des gagnants potentiels, ce fut également le cas des sommes gagnées à la table pré-finale. (Eastgate avait gagné 63 324 $ avant sa victoire en 2008, tandis que Cada avait gagné seulement 28 214 $.)

Cela est compréhensible, peut-être : à 21 ans, il n'est tout simplement pas possible d'acquérir trop d'expérience live. Mais quelque chose se produit. Les joueurs qui atteignent la table finale du WSOP Main Event sont légèrement plus âgés à présent, et plus expérimentés, ayant gagné davantage d'argent et de titres.

Avant d'atteindre la table finale, le champion de 2012, Greg Merson, avait déjà remporté un bracelet WSOP la même année (au No Limit Hold'em six mains à 10 000 $) d'une valeur de 1,1 million de $. Cela s'ajoute aux quatre gains en carrière précédents au WSOP, plus les résultats du World Poker Tour et du European Poker Tour. En complément, Merson avait gagné plus de 350 000 $ en gains de tournois en ligne.

Pendant ce temps, Martin Jacobson, le vainqueur de l'année dernière de 10 millions de $, avait déjà terminé plusieurs fois parmi les finalistes de EPT et WSOP avant de remporter ce grand titre difficile à obtenir. Son parcours en carrière avant le titre de 2014 s'élevait à un peu plus de 4,8 millions de $.

Il existe tellement d'autres tours dans le monde pour les joueurs de tous niveaux afin qu'ils puissent s'exercer et gagner de l'argent. De nombreux joueurs ayant déjà gagné leur argent en ligne passent aux jeux live où ils pensent pouvoir gagner plus.

En fait, un bref aperçu des bracelets du WSOP complet gagnés par les moins de 30 ans a considérablement changé.

En 2006, quand Gold battait le record du type Main Event, aucun joueur de moins de 30 n'avait gagné de bracelet. L'année suivante, il y en avait deux. L'année dernière, toutefois, il y avait plus de 10 bracelets remportés par le groupe des moins de 30 ans.

Inversement, en 2006, les seniors WSOP (avec une moyenne d'âge de 59 ans) avait remporté un tas de titres. En 2014, seulement trois joueurs de plus de 50 ans, y compris le vétéran Ted Forrest, avaient gagné des bracelets en or.

Prévoir les champions du WSOP à venir

La tendance des jeunes gagnants du WSOP (Jacobson, le champion de l'an dernier, était un « relativement vieux garçon » quand il a gagné à 27 ans) semble partie pour durer.

Les jeunes joueurs s'entraînent davantage, jouent plus et durent plus longtemps. Ils sont nombreux à fréquenter les salles de sport et à suivre des régimes sains. Voilà qui apporte de l'eau à leur moulin pour accomplir deux semaines complètes de Main Event.

Ils sont également plus expérimentés. Ils passent des heures sur les plateformes de partage de vidéos telles que Twitch, peuvent disposer d'un coach, et partagent des mains avec d'autres pros et discutent avec eux sur les forums.

Mais c'est n'est pas tout concernant leur expérience en ligne. Les champions de demain doivent faire leurs preuves, et s'engager dans l'arène live.

Les « phénomènes » en ligne tels que Tom "durrrr" Dwan, Annette Obrestad et Viktor "Isildur1" Blom se sont battus pour reproduire leur forme en ligne dans les situations live. Ils s'ennuient avec les longues journées nécessaires pour remporter un prix qui peut être gagné dans quelques heures sur Internet. Ou, leurs compétences en ligne hyper-agressives ne fonctionnent pas dans un tournoi sur plusieurs jours dans le WSOP qui comporte tant de tournures.

« Joe Cada est probablement un joueur deux fois meilleur qu'il ne l'était quand il a gagné en 2009, » ajoute Phillips. "Mais il a réellement amélioré son jeu. Il a en fait de meilleures chances de gagner à présent qu'à l'époque.

« Il n'y a que peu d'endroits au monde où vous pouvez jouer au poker live à 18 ans. Vous ne pouvez pas vous asseoir à une table de poker live en venant directement d'Internet. Il y a une période d'adaptation au jeu live où de nombreux autres aspects sont à prendre en considération. »

Seul Chris Moorman, 29 ans, qui a gagné plus de 8 millions de $ en gains de tournois en ligne, a réussi une transition vers les tournois live, aussi bien en termes d'endurance que de style. Ce joueur professionnel britannique a remporté plus de 4 millions de $ lors des tournois live depuis 2008, avec son premier grand titre en 2014 lorsqu'il gagna le WPT LA Poker Classic.

En 2003, quand Farha a mal interprété son adversaire et a chuté lors de la dernière haie, il a avoué plus tard : « J'étais si fatigué, je n'étais plus moi-même. Je suis un joueur de jeux cash et les tournois sont réellement épuisants. J'ai fait une erreur de jugement. »

Les buy-in peu élevés peuvent-ils déclencher un nouveau boom du poker?

La participation aux Main Event peut ne jamais atteindre à nouveau les 8 773 joueurs de 2006, mais les nouveaux tournois à faible buy-in tels que le Colossus de 2015 (ayant attiré un nombre record de 22 374 joueurs) peuvent montrer la voie aux événements WSOP à venir. Tandis que les jeunes et expérimentés pro mettent la main sur l'éternel Main Event, les amateurs peuvent obtenir leur 15 minutes de célébrité Moneymaker en écrasant le Colossus.

Dans cinq ans, la table finale du WSOP Main Event ne sera probablement pas contestée par un joueur cash exténué de la vieille école tel que Farha OU un amateur tel que Moneymaker, ou par ailleurs un pro à peine majeur comme Cada ou Eastgate.

Tous les yeux seront braqués sur Rio en novembre pour voir quel type de joueur portera le flambeau lors de la prochaine génération de champions du monde de poker.

About the Author
By

Chad Holloway est un gagnant du bracelet 2013 de la World Series of Poker et le directeur des médias du Mid-States Poker Tour. Auparavant, il a passé six années à parcourir le monde en tant que rédacteur en chef et reporter en direct pour PokerNews. 

Related Content
Dominik Nitsche Breaks Out

Dominik Nitsche Breaks Out

2015 WSOP Europe – Quelques souvenirs

2015 WSOP Europe – Quelques souvenirs

Sur la piste des anciens champions des WSOP

Sur la piste des anciens champions des WSOP

Team 888poker’s Joe McKeehen -November Nine to 2015 WSOP Winner

Team 888poker’s Joe McKeehen -November Nine to 2015 WSOP Winner

Three of a Kind! 888poker’s dream team prepare to take on the WSOP Final Table

Three of a Kind! 888poker’s dream team prepare to take on the WSOP Final Table

Les 5 joueurs qui feront des vagues au 2016 WSOP

Les 5 joueurs qui feront des vagues au 2016 WSOP

PonsMaker – Qualifié WSOP "Neuf de Novembre"

PonsMaker – Qualifié WSOP "Neuf de Novembre"

Eric Le Goff Wins 888Live London Festival High Roller for £30,000

Eric Le Goff Wins 888Live London Festival High Roller for £30,000